Sophie Grzelak : « nous sommes un des rares clubs à avoir augmenté notre nombre de licenciés. »

Sophie Grzelak, présidente du HBC Bure depuis deux saisons compte pas moins de dix saisons au sein du club. Animatrice, secrétaire, trésorière et maintenant présidente, elle se livre pour nous parler d’un club familial. 

Pouvez-nous parler de votre arrivée à la présidence du HBC Bure, puis la situation dans laquelle se trouve le club actuellement ? 

Ça s’est fait naturellement, l’ancien président souhaitait que je reprenne la présidence du club et j’ai donc accepté. Après quelques années de secrétariat, me voilà présidente du club. La situation du club est tout de même bonne. Nous sommes en pleine expansion. Cette saison, nous sommes un des rares clubs à avoir augmenté notre nombre de licenciés. Nous avons des équipes dans toutes les catégories. Forcément, cela demande plus de travail, puisqu’il faut trouver les entraîneurs, les créneaux horaires, mais on y arrive.

Comment s’est passée la reprise ? 

Nous reprenons avec les jeunes en extérieur, mais nous avons eu du mal à trouver des terrains en macadam. La mairie nous a laissé le terrain de foot en herbe et ils ont un terrain rouge, c’est mieux que rien. Et puis les enfants sont vraiment content de pouvoir se retrouver et de pouvoir reprendre le handball. Nous attendions aussi les nouvelles dispositions et puis nous nous adaptons aussi avec la météo, qui n’est pas toujours au rendez-vous. Dès qu’il fait beau, on essaye de tous les retrouver. C’est un petit village, alors ça arrive qu’on croise les -15 et -18 jouer au city-stade, donc on discute aussi avec eux. 

Vous réussissez à garder le contact avec tous vos licenciés ? 

Avec les jeunes, nous arrivons assez facilement à garder le contact. Mais c’est vrai qu’avec les seniors c’est plus compliqué. Ils râlent un peu, ils ont aussi envie de reprendre le hand ! C’est vrai que pour les adultes, c’est plus compliqué, nous leur avons juste demandé de faire des séances de renforcement de leur côté et de se prendre en main, mais c’est compliqué de faire plus. 

Cela ne fait pas très longtemps que vous disposez d’équipes seniors, comment ça se passe pour elles ? 

Oui, les équipes seniors c’est vraiment récent pour nous. Cela fait seulement trois ans que nous avons des équipes de seniors. Avant nous étions vraiment que sur les jeunes puis nous les voyons partir à leurs 18 ans… ça m’embêtait vraiment puisqu’à l’époque j’entraînais les -18 garçon et puis de les voir partir après ça fait quelque chose. J’en avais parlé avec le président de l’époque et il était d’accord pour tenter l’aventure, ça a été un réel succès. Ils sont montés rapidement en première division départementale et tellement nous avons eu de demandes, nous avons créé une deuxième équipe. Au total, la saison dernière, nous avons eu une trentaine de licenciés en seniors garçon. 

Avez-vous aussi ouvert une équipe féminine ? 

Oui, cette année-là, nous avons aussi ouvert une équipe de senior féminine. La demande était aussi très forte. Puis à l’époque nous avions qu’une équipe de loisir. Des filles d’un autre club sont venues avec leurs entraîneurs, donc on s’est dit que si nous faisons une équipe de garçons, nous pouvions aussi faire une équipe de filles ! 

Pouvez-vous nous parler de Deborah Dangueuger ?
C’est grâce à des amis qu’elle s’est retrouvée à Bure. Elle a des amis qui évoluent en senior garçon et en senior fille, donc elle venait régulièrement les voir jouer. Au début, c’est vrai que Déborah était assez renfermée, sûrement un peu dégoûtée du handball, mais la passion est très vite revenue. Elle a aidé le coach des seniors filles puis a décidé de retourner sur le terrain, mais pas en tant que gardienne. Enfin, elle s’est proposée de m’aider pour entraîner les seniors garçons et les -18 garçons qui devenaient très nombreux. On en profite pour faire du spécifique gardien, c’est une aide très précieuse. Déborah est très investie dans le club, au sein des équipes dans un premier temps, puis même dans le comité, elle est devenue secrétaire du club. C’est quelqu’un de très apprécié de tous et elle a surtout repris goût au handball.