Auteur/autrice : webmaster

 

1er tour régional des Inter-comités masculins

Moselle – Haut Rhin

Premier match. Départ intéressant où on se retrouve à +4 rapidement (10min) et puis la mécanique s’enraye. Des pertes de balles, des mauvais choix et on se retrouve mené de 2 buts à la mi-temps. On essaye de remobiliser les troupes pendant la pause, on a l’impression que la victoire est largement à notre portée. Au retour les intentions sont bonnes on revient rapidement à égalité mais on arrive pas à passer devant et on retombe dans les mêmes travers qu’en première mi-temps avec des mauvais choix, beaucoup de déchet aux tirs en attaque et surtout une défense fébrile notamment dans la gestion du pivot, l’écart se creuse rapidement (-6 à la 30e). On sent des joueurs qui baissent les bras et on finit le match sur la même dynamique (défaite 20-26)
 

Moselle – Bas Rhin

On revient beaucoup sur les notions de plaisir et d’envie pour le 2e match. On a senti des jeunes un peu “timides/stressés” sur le 1er match par rapport à ce dont on les sait capables. Quelques mises au point également sur les intentions défensives. Et on voit tout de suite la différence dans le jeu avec beaucoup plus de rythme, de solidarité en défense, des jeunes qui se parlent sur le terrain, qui s’encouragent et également les joueurs sur le banc qui vivent le match. la 1ere mi-temps est très accrochée mais on fait la course en tête et on arrive à +2 à la mi-temps. La 2e mi-temps repart sur le même rythme chaque équipe à son temps fort (pour les spectateurs ça doit être vraiment un beau match 😁 ). A 5 min de la fin les 2 équipes sont à égalité (21-21). Et puis tout bascule sur des petits détails, un poteau d’un côté, un but de l’autre, des décisions un peu discutables, et le haut-rhin se détache pour finir les match à (21-26)
 

Moselle – Meurthe

Victoire obligatoire contre le 54. On enchaîne directement après le match du Haut-Rhin. On remotive rapidement les jeunes. On sent que la fin du match précédent pèse un peu, on insiste sur le fait qu’il faut switcher, oublier ce qui vient de se passer et penser au match à venir et repartir avec les mêmes intentions.Beaucoup de motivation dans notre discours. Le match commence et on sent des jeunes un peu fébriles. Beaucoup d’échecs sur le gardien adverse malgré les consignes données. Les équipes se croisent au score mais grâce à 2/3 grosses défenses d’affilée en sortie de TM on parvient à passer devant à la mi-temps (+2). On parvient à garder la même intensité défensive après la pause et on se détache rapidement au score, les joueurs se font plaisir et savourent la fin de match et cette belle victoire (30-22).
 
Michael REICHLING – Delphine ROYER

1er tour régional des Inter-comités féminins

3 matchs, 3 victoires pour les filles. 

31/17 face au bas-rhin

27/18 face à la meurthe et moselle

30/19 face au haut-rhin

1ere de la poule.

Un premier match appliqué face au bas rhin, un deuxième match un peu plus accroché face à la meurthe qui a su mettre notre défense en difficulté avant de nous ressaisir et de prendre le large, un dernier match beaucoup plus brouillon face au haut-rhin, la fatigue et la déconcentration aidant, mais un recadrage à la mi temps nous a permis de repartir sur de bon rail et de prendre le large.

Jeremy REGNERY – Lucie SEYVET

Un nouveau club de handball en Moselle

Le comité de Moselle s’est rendu samedi à Talange pour concrétiser le projet d’un nouveau club avec l’ouverture de sa section baby hand/1er pas. En présence de l’OMS de Talange, la mairie ainsi que Mr Frick et Sarah, l’éducatrice, nous avons pris contact avec les parents pour finaliser ce projet autour d’un goûter.
Depuis le début de saison, ce sont une vingtaine de 3-5 ans et une dizaine de 6-7ans qui pratiquent cette activité.
Beaucoup de joie et de bonne humeur ont marqué cette matinée

Convention Sarrebourg Moselle Sud HB – Comité de Moselle

En marge du match de handball Metz – Brest aux Arènes , a eu lieu la cérémonie de la signature d’une convention entre Sarrebourg Moselle Sud Handball  et le Comité de Moselle .

Courant sur 3 ans, elle devra permettre un échange de visibilité de part et d’autre .

Déjà terre d’accueil, pour les Intercomités et de bien d’autres manifestations, cette convention donne aussi la possibilité au Comité 57 de disposer d’un certain nombre de place à Coubertin pour promouvoir auprès des autres clubs mosellans et le hand masculin de haut niveau et le sud du département .

Sous l’œil bienveillant de Jacky Bettenfeld, les deux  présidents ont paraphé le précieux document. 

2ème Réunion Moselle Hand Citoyen à Koenigsmacker !

Ce samedi 30 octobre au gymnase de Koenigsmacker, 18 référents Moselle Hand Citoyen du secteur de Thionville et environs ont répondu à l’invitation de Jean-Paul Klein et Bertand Rochel, responsables au sein du Comité 57 de la commission Moselle Hand Citoyen.

Ordre du jour :

Problèmes liés au pass sanitaire 

Rappel du rôle et la mission du référent.

De nombreux sujets sur la citoyenneté ont été abordés et une excellente interaction entre les référents et les animateurs ont permis de dégager des pistes de travail à venir.

Un grand merci au club de Koenigsmacker pour son excellent accueil

Réunion Moselle Hand Citoyen à Bouzonville !

Moselle Hand Citoyen
Ce samedi, 23 octobre 2021,  au gymnase de BOUZONVILLE, une quinzaine de représentants de club mosellan ont répondu à l’invitation de Jean Paul KLEIN responsable au sein du Comité de Moselle de la commission MHC
Ordre du jour:
Réflexion sur le développement du Vivre ensemble et de citoyenneté sur et autour d’un terrain de handball
Merci au club de BOUZONVILLE pour son accueil

Une belle démarche citoyenne…un exemple à suivre !

Le dimanche 26 septembre, au complexe omnisports de Stiring Wendel et sous l’égide de la commission Moselle Hand Citoyen du Comité de Moselle, s’est tenue une réunion rassemblant les clubs de Falck et Stiring Wendel.

L’objectif de cette rencontre étant de réfléchir ensemble sur comment faire au mieux pour améliorer et favoriser l’entente entre les clubs de manière générale.

Présidents, entraîneurs, capitaines des 2 équipes séniores ainsi qu’un arbitre étaient conviés à cette réunion afin d’échanger sur ce sujet.

Un débat intéressant entre les différents acteurs qui reconnaissaient unanimement qu’il y avait encore beaucoup à faire pour parvenir au résultat escompté mais qu’ils allaient tous s’y employer.

Ce type d’action pourrait être envisagé dans d’autres clubs afin de développer les relations entre-eux.

Pour la commission Moselle Hand Citoyen

Jean-Paul KLEIN

Francis Manneau : “Pour arriver au sommet, nous avons énormément bossé.”

Francis Manneau, le « bâtisseur » du Yutz Handball Féminin raconte pour le Comité de Moselle de Handball, ses nombreuses années comme entraîneur puis président des Louves. Entraîneur depuis la création de la section féminine en 1979, il a franchi toutes les étapes pour mener son club dans l’élite du handball français. 

Pouvez-vous nous raconter la création de la section féminine à Yutz ?

On a commencé en 1979, en championnat de Moselle. Je suis tombé sur un groupe de filles extraordinaires qui voulaient bosser à fond. Il me semble qu’en l’espace de deux saisons, nous sommes montés en pré-nationale. À partir de 1983, à l’exception d’une saison, nous évoluons en championnat de France. Cependant, nous sommes restés longtemps en Nationale 2. Mais ce n’était pas les mêmes structures qu’aujourd’hui, les championnats étaient beaucoup plus restreints. 

Vous avez dû vivre de super moments avec toutes ces montées ? 

Oui, en effet, en 1992, nous avons terminé champion de France de National 2, nous sommes donc allés jouer les finales ultra-marines en Guadeloupe, un voyage vraiment mémorable. D’abord, nous sommes allés jouer la finale à Clermont-Ferrand, que nous avons remporté et qui nous a validé notre place pour les finales ultra-marines en Guadeloupe. C’est vraiment un super souvenir parce que nous avons gagné la finale métropolitaine et la finale ultra-marine. On est parti de rien pour arriver au sommet, nous avons énormément bossé. 

Après votre voyage en Guadeloupe comment s’est déroulée la suite de cette épopée ? 

Nous sommes donc montés en N1, il y avait uniquement deux poules de 12. En 1999, nous sommes premières de notre poule de N1, nous jouons donc les finalités. Finalement nous terminons vice-championnes de France, mais nous accédons à la deuxième division. Après quelques années à jouer le maintien et viser le haut de tableau, c’est au terme de la saison 2003/2004 que nous parvenons à monter en première division. C’était vraiment fantastique, la soirée était folle ! 

Yutz en D1, dans votre salle, cela devait être incroyable ! Puis même pour vous, tout a changé dans votre vie ? 

Pendant 3 ans, nous avons joué en D1, à guichets fermés. Nous avions 120 abonnés pour une capacité de 600 places. On ne va pas se mentir, nous sommes un petit club et c’était très compliqué pour nous. J’étais entraîneur professionnel depuis que nous étions montés en D1, j’avais dû quitter mon emploi au Crédit Mutuel pour devenir entraîneur à plein temps. J’étais devenu salarié du club. La dernière année de D1 s’est très mal passée, j’ai été licencié, j’ai quitté le club et j’avais pris la décision de prendre une année sabbatique.

Vous avez quitté le club, puis vous êtes revenu… 

Je suis revenu deux ans plus tard à la demande du maire de Yutz. Il souhaitait que je reprenne le club qui était dans de grandes difficultés financières et sportives. Le club était au bord de la faillite. De ce fait, je suis président du club de Yutz depuis 2008. Lors de mon retour, j’ai alors cumulé les deux postes = président et entraîneur, nous avons fait les mauvais choix pour l’entraîneur, j’ai décidé de reprendre l’équipe. Cette période a duré jusqu’en 2013/2014 et l’arrivée de Gilles Boutiali, qui est un excellent coach. 

 

Francis Manneau, ancien coach et actuel président de Yutz. Photo : Le Républicain Lorrain

Récemment sans parler du Covid, il y a une année compliquée en D2 et aussi en N1… 

Oui, il y a eu quelques soucis avec les entraîneurs, il y a des problèmes très personnels aussi. J’ai dû refaire une pige comme entraîneur à un moment. Puis après nous avons décidé d’orienter le club sur la formation. Nous avons de très bonnes joueuses en U18 Championnat de France et nous avons souhaité les intégrer au groupe de l’équipe fanion assez rapidement. Les filles qui sont montées ont été géniales, elles se sont données à fond et c’est une grande réussite pour nous. 

Remonter en D2, est-ce un réel avantage pour vos jeunes joueuses ? 

Remonter en D2 permettrait peut-être à certaines joueuses de rester à Yutz et de pouvoir se montrer par rapport à d’autres clubs c’est sûr. Il y a des joueuses, leurs projets est de jouer en D1. C’est évident que si nous arrivons à monter en D2 d’ici deux ans, les jeunes formés au club se poseraient la question de rester chez nous ou de rejoindre un centre de formation et de jouer en N1. L’objectif est de jouer les premiers rôles et en fonction des circonstances on verra ce qu’il se passera, mais nous souhaitons vraiment remettre le club en D2. 

Pour ma dernière question, quand est-ce que nous verrons Yutz en Ligue Butagaz Énergie et Ligue des Champions ? 

C’est une blague ça ? Il faut être réaliste et avoir les pieds sur terre. Il y a 15 ans c’était possible, notre salle est trop petite, puis il faut un gros budget. Le but est de pérenniser le club en Division 2. La Lorraine est une terre de handball, mais Yutz c’est le club phare de la ville et nous devons nous développer un peu. La Champion’s League, j’aurais pu en rêver mais plus maintenant. Si on ne trouve pas un milliardaire (rires) ou gagner au loto, ça me semble irréalisable aujourd’hui.

.                                                                                                                                                                                                                                                                              Lucas DESLANGLES      

Lucie Webert – Porcelette “Les 20 ans du club c’est mon plus beau souvenir”

Lucie Webert est présidente du club de Porcelette depuis 2018, à la suite du départ de Patrick Clement. Au club depuis ses 11 ans, elle a joué, puis elle a commencé à coaché pour enfin devenir présidente. Il est vrai que Lucie Webert envisageait de reprendre un jour ou l’autre la présidence du club, mais elle ne l’imaginait pas aussi rapidement.  

Je crois savoir que sur votre première saison de présidente vous avez organisé une superbe journée pour vos joueuses… 

Oui, sur ma première saison en tant que présidente en 2018, avec nos -13, -15 et -18 filles, nous étions partis à la Maison du Handball à Créteil. Le matin, nous avons visité les locaux, et l’après-midi, elles ont eu la chance de faire un entraînement sur le terrain annexe. La séance avait été organisée par Gilles Boutiali, puisqu’il était venu avec nous. En plus, nous avons eu beaucoup de chances, c’était le week-end des finales de coupe de France. Il y avait tous les entraîneurs de LNH et LFH en formation, donc nous les avons tous vu. L’Équipe de France féminine venait faire son shooting photo l’après-midi, donc nos joueuses ont eu la chance de les rencontrer. Cette journée avait été financée par toutes les actions qu’on avait mise en place tout au long de l’année. 

Pouvez-vous nous parler des objectifs du club de Porcelette ? 

Rejouer ! Nous souhaitons aussi développer au maximum les équipes jeunes pour ensuite les faire monter en senior. Le but est de faire perdurer les équipes afin qu’elles puissent grimper les échelons. Notre équipe senior masculine évolue aujourd’hui en Première Division Territoriale.

Il est comment ce championnat de Pré-nationale Féminine ? 

Nous sommes en Pré-Nationale, nous savons que le championnat est à notre niveau, ça joue déjà très bien. Même si ce n’est plus le même niveau qu’il y a dix ans. Aujourd’hui, le niveau de pré-nationale féminin est équivalent au niveau de l’excellence d’avant. Il n’y a pas assez de jeunes, donc pas assez équipes au-dessus du lot. Cependant, parfois on perd des rencontres parce que nous ne sommes pas assez sur la feuille de match. Si ces matchs-là, on arrivait à les gagner, sur un bilan comptable ça serait différent et on pourrait vite monter en Nationale 3. Par contre, c’est un championnat qui est encore bien différent et je ne sais pas si nous aurons la carrure pour faire des résultats.  

Alors, vous nous le disiez, vous êtes présidente et aussi joueuse, parlez nous de votre parcours. 

Je joue sur deux postes : arrière et pivot. J’ai commencé en -12 à l’époque, je jouais déjà à Porcelette. Je suis une joueuse qui aime vraiment le contact, un peu hargneuse.  J’ai aussi fait une année au pôle espoir à Metz. Je suis passé par l’Équipe de Moselle. Il y a des années, je n’ai pas joué parce que je me suis blessée, mais j’ai fait toutes les catégories au club. En tant que joueuse, mon souvenir le plus marquant est d’avoir gagné une Coupe de Lorraine contre Hettange Grande. C’était il y a quelques années maintenant. Je me souviens, les tribunes de notre salle étaient vraiment remplies. Puis, si on parle de mes plus beaux souvenirs, c’est aussi ma première assemblée générale, en 2018, c’était les 20 ans ou le club était totalement indépendant. 

Basile Sissung “Mon rôle est de développer le handball dans les zones d’ombres”

Arrivé en septembre 2020 au Comité de Moselle Basile, âgé de 22 ans nous a rejoint au service développement. Passionné par le handball et le sport en tout genre, Basile rejoint le Comité de Moselle avec l’envie de faire découvrir le handball à toute la Moselle.

Peux-tu nous faire une présentation de toi ? 

Je joue au hand depuis que j’ai 11 ans. J’ai commencé le hand à Val Saint Pierre. Puis quand je suis parti à Nancy pour mes études, j’ai fait une année au sein du club de Villers. Actuellement, je porte le maillot de Metz Magny Handball. J’évolue au poste d’arrière gauche ou demi centre. Je suis un joueur assez polyvalent, j’aime bien tirer de loin et faire des un contre un. Dans la vie, j’aime bien aller à des concerts, des festivals, mais profiter aussi de moments de détente pour lire ou jouer aux jeux vidéos.

Quel a été ton parcours scolaire pour en arriver là ou tu es aujourd’hui ? 

Niveau scolaire, j’ai fait un BAC S au Lycée de la Communication à Metz et ensuite j’ai fait deux années de STAPS. L’année dernière j’ai commencé un BPJEPS activité physique pour tous que j’ai obtenu, je l’ai fait en alternance, j’étais à l’époque à l’école des sports de Metz. Cette année je fais une spécialisation Handball et je suis en alternance au Comité de Moselle de Handball. 

Quel poste occupes-tu au sein du Comité de Moselle de Handball ? 

D’une façon globale, je suis apprenti en tant qu’agent de développement, mon objectif c’est de développer les pratiques du handball en Moselle en partant du Baby Hand au Hand-Ensemble en passant par le hand à 4. 

Sur quoi as-tu travaillé depuis ton arrivée au Comité ? 

Mes axes de travail c’est de développer le handball dans toutes les zones d’ombres, donc là ou il n’y a pas beaucoup de handball. On travaille énormément sur le Hand Santé et le Hand-Fit actuellement. Mon but est d’apporter au club de hand des ressources et des idées pour les aider à se développer dans ces nouvelles pratiques. Dans les zones d’ombres, je vais devoir intervenir au sein des écoles, pour faire connaître le handball, donner envie aux enfants de jouer et donner envie aux mairies de créer une structure de handball dans les communes. 

Tu es à l’origine de nombreux projets au sein du Comité de Moselle, peux-tu nous parler de l’un d’entre eux ? 

Je suis notamment à l’origine des Stages Vacances, j’ai commencé à travailler sur ce projet dès le début. C’est un projet qui tient à coeur aux membres du Comité de Moselle et qui souhaitent vraiment le développer. Le but du stage vacances est de cibler aussi les noms licenciés afin de les sensibiliser au handball. Nous allons l’organiser justement dans des zones d’ombres. L’objectif est de leur faire découvrir aussi bien, le handball traditionnel, donc le hand à 7, que de les faire découvrir toutes les autres pratiques autour de notre sport. Nous comptons inviter les clubs dans les alentours, pour créer un premier lien entre eux et les potentiels futurs licenciés. 

Quels sont les activités hors handball que tu souhaites proposer lors des Stages Vacances ? 

Nous essayons de trouver d’autres activités qui n’ont pas de liens direct avec le handball comme de l’anglais mais aussi des activités en plein air et aquatique, afin que les jeunes puissent partager des moments inoubliables entre eux. Évidemment comme nous avons deux clubs professionnels dans le département : Metz Handball et Sarrebourg Moselle Sud Handball, nous aimerons pouvoir les faire intervenir,  c’est une piste que nous sommes entrain d’étudier et nous espérons que ça aboutira.